Outarde

Outarde, sa chasse, sa vie, son comportement

grande outarde 01C’est un animal appartenant à une espèce de taille moyenne, c’est l’espèce outarde canepetière du genre tetrax.
C’est une espèce menacée des plaines cultivées en France.
C’est un oiseau de la famille des otididés qui vivait généralement dans les endroits chauds.

Chasse :

C’est un gibier migrateur par excellence qui de surcroit et très apprécié pour sa chaire excellente.

Caractéristique :

L’outarde est une espèce de taille moyenne dont les couleurs chez les deux sexes sont les mêmes.
La partie supérieure du corps de l’animal est brun-marron à beige. Le plumage est vermiculé en contraste avec le blanc vers le ventre.
De plus, l’extrémité des rémiges primaires externes et les grandes couvertures primaires est de couleur noire et bien visible en vol.
En revanche, le chant émis par le mâle d’outarde est bref et sec en permettant de détecter les individus au printemps.

Comportement et reproduction :

Le mâle a un comportement très connu, c’est la parade nuptiale, c’est un comportement spectaculaire qu’il le fait en défendant son territoire. Ce comportement peut prendre trois formes : le chant seul, le battement d’ailes et le sifflement des ailes et le chant.
En outre, les individus vivent en groupes qui ne se dispersent qu’au printemps, période de reproduction.
Seul le mâle dominant est permis de s’accoupler avec les femelles. La femelle pond, en général, de 2 à 5 œufs dans la deuxième quinzaine de mai. Son nid est une simple dépression creusée dans la terre et garnie de quelques herbes. La femelle couve ses œufs pendant une période de 20-22 jours puis elle s’occupe, toute seule, des petits poussins.

Alimentation :

C’est un animal principalement herbivore, son régime alimentaire se compose essentiellement sur les végétaux et les invertébrés. Mais, ce régime alimentaire est très variable à cause de la nature du biotope, de la période et des individus.

Migration et hivernage :

L’outarde contient deux espèces, une migratrice et l’autre ne l’est pas. La population migratrice se reproduit dans les grandes plaines céréalières. Elle hiverne dans des zones mal connues mais, le sud de France et l’Espagne semblent être des destinations favorites.