Le chevalier arlequin

Le chevalier arlequin, sa chasse, sa vie, son comportement

Le chevalier arlequin est une espèce de limicole qui appartient à la famille des Scolopacidés. C’est un bon plongeur qui aime pêcher dans les mares vaseuses. Il est distingué par un cri très particulier.

Chasse :

C’est un gibier prisé. Les périodes de migrations sont des moments qu’on aime car la chasse y est amusante. Les chasseurs chassent le chevalier arlequin principalement selon deux méthodes : à la botte et au hutteau.

Caractéristique :

Il ressemble à un pigeon, il est d’une taille variant entre 29 et 32 cm avec une envergure entre 48 et 52 cm. Le poids du mâle diffère de celui de la femelle, le premier pèse entre 135 et 170 g par contre la femelle pèse de 160 à 205 g.
La silhouette est élancée avec un long cou et un long bec étroit légèrement brusqué au bout. Cet animal change de plumage à chaque saison. En hiver, son plumage est très pâle grisâtre sur le dessus du corps et blanc dessous.
En outre, son plumage nuptial est noir suie taché de blanc, pattes rouges, pattes rouges, la femelle porte plus de marques blanches sur le ventre que le mâle.

Comportement et reproduction :

Le chevalier arlequin se nourrit en petits groupes serrés qui se déplacent rapidement. Il se nourrit souvent en courant et en nageant et tenant la tête très basse par rapport à la surface de l’eau.
Vers la fin du mois d’avril, la période de nidification commence. Le nid est bâti dans une petite dépression garnit sombrement d’herbes. La femelle y pond en moyenne 4 œufs olive tachés de brun. Le mâle ainsi que la femelle assurent tous les deux l’incubation des œufs pendant une période de 21 jours.

Alimentation du chevalier arlequin :

La recherche de la nourriture s’effectue dans les bas-fonds et les marécages. Son menu alimentaire se compose essentiellement de petits mollusques qu’il prélève grâce à son long bec. Il se nourrit aussi d’insectes aquatiques qui se captent à la surface.

Migration et hivernage :

Le chevalier arlequin est un migrateur. Sa migration commence en août-octobre et prend fin en avril. Ainsi, cette espèce départent pour hiverner sur les côtes des pourtours méditerranéen et atlantique et principalement au sud du Sahara. Les retours qui sont en avril comptent beaucoup d’individus.